Du côté des livres : Une famille presque parfaite — Dimitris Sotakis — éditions Intervalles

Une famille Presque parfaite est le troisième roman de Dimitris Sotakis traduit en français aux éditions Intervalles.  L’auteur dans cet opus nous livre une fable autour de la passion amoureuse. Il s’agit de l’histoire de Zerin, un rentier d’une quarantaine d’années, vivant seul dans un manoir majestueux en bord de mer, hérité de ses parents. Il vit paisiblement, profitant de cet argent dont il dispose, mènant cependant une existence monotone dépourvue d’excitation notable et d’émotion particulière. Dans son désœuvrement,  il s’est passionné de manière dévorante et inexplicable pour la Roumanie au point d’y consacrer une pièce entière de sa maison et d’en mémoriser la carte géographique. Le jour où il apprend qu’une famille roumaine de quatre personnes s’est installée dans le quartier, il s’empresse de faire connaissance et de tisser avec eux des liens. Il s’arrange alors pour devenir indispensable en offrant toutes sortes de cadeaux : des friandises et des chocolats pour les enfants, un emploi pour le père, le rachat de dettes… Petit à petit, les largesses de Zerin s’étendent si loin qu’une nouvelle cartographie familiale se dessine, une cartographie dont les contours de plus en plus évidents, nous font frissonner d’horreur. 

Dans ce roman, on retrouve le style si particulier de cet auteur de l’absurde. Il a résolument une manière bien à vous de décrire des événements terribles, des situations cocasses en les diluant dans la normalité de la vie. Les réflexions et les actes improbables de certains de ses personnages nourrissent la sensation de bizarrerie qui accompagne la lecture de ses romans et qui dans ce dernier opus revêt parfois un côté dérangeant. 

L’auteur continue sa quête de la recherche du bonheur et  des sacrifices que nous sommes prêts à accomplir pour l’atteindre.

Si Précédement le bonheur se situait dans  la possession matérielle, puis dans la reconnaissance sociale, dans ce roman il se situe dans l’amour ou plutôt la passion amoureuse. 

Je recommande vivement la lecture de ce roman qui nous interroge sur la moralité de nos désirs, sur les sacrifices que nous sommes prêts à accomplir , sur la résignation qui parfois nous fait accepter des actes bien étranges…

Myriam E. Mitakos

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s