Autoportrait

J’aime le même homme depuis vingt-trois ans. J’ai la chance de vivre dans un pays étranger. Un jour, un incendie a manqué ravager ma maison, j’ai pensé aux photos de mes enfants et j’ai prié. Chaque fois que j’entre dans la mer, je redoute le moment où l’eau froide touche ma nuque. Petite, on disait de moi que j’étais un garçon manqué. Sur mes bulletins scolaires, on peut lire : fille unique têtue. La vue de la mer est indispensable à mon bien-être, pourtant c’est la montagne que je préfère. Mon élocution est rapide. Je suis une littéraire contrariée. J’adorerai savoir dactylographier à l’aveugle et ne pas faire de fautes d’orthographe. Je pleure souvent au cinéma. J’ai tendance à être très exigente. Les dragueurs me déplaisent. J’ai fait mes études dans une ville très éloignée de mon lieu de naissance. Dans mon jardin, je plante des arbustes, des arbres et des fleurs dont le feuillage ou la floraison rythment les saisons. En regardant mon fils adolescent, je songe que moi aussi j’ai été animée par cette urgence qui met parfois la vie en danger. Toute à mon bonheur de vivre, j’ai peur de mourir. Sur un ferry, j’ai entendu un vieil homme dire à un petit garçon : “ il sera midi  lorsque les deux aiguilles s’enlaceront ”, j’ai pensé que l’enfant avait de la chance. Je n’ai jamais regretté d’avoir aidé ceux qui ne m’en ont pas été reconnaissants. A l’entrée de l’hiver, juste avant le crépuscule, je guette les nuées tourbillonantes d’oiseaux.

Myriam E. Mitakos

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s