Du côté des livres: La tête sous l’eau — Olivier Adam — R jeune adulte Robert Lafont 2019

Depuis leur déménagement sur la côte Bretonne, rien ne va plus pour la famille d’Antoine, le narrateur. Les parents se déchirent jusqu’à la séparation, le lycée est un endroit hostile où il n’a pas vraiment d’amis, mais plus que tout, sa soeur Léa a disparu après une soirée passée dans un festival de musique. Ballotée entre le doute et l’espoir, la famille est plus que jamais pertubée, jusqu’au jour où Léa refait surface. Mais comme l’annonce la quatrième de couverture : 

“Quand mon père est ressorti du commissariat, il avait l’air perdu. Il m’a pris dans ses bras et s’est mis à pleurer. Un court instant j’ai pensé : ça y est, on y est. Léa est morte. 
Puis il s’est écarté et j’ai vu un putain de sourire se former sur son visage. Les mots avaient du mal à sortir. Il a fini par balbutier : « On l’a retrouvée. Merde alors. On l’a retrouvée. C’en est  fini de ce cauchemar. 
Il se trompait. Ma sœur serait bientôt de retour parmi nous mais on n’en avait pas terminé.”

Et à partir de là, toute la famille va devoir surmonter des épreuves, imaginer l’impensable et tenter de se reconstruire dans une ambiance inquiétante. 

C’est seulement après la lecture de ce roman que j’ai appris que l’auteur destinait sa lecture à un public “jeune adulte.” J’avoue en avoir été rassurée. En effet, cette information mettait des mots sur mon ressenti qui me disait “ça ne fonctionne pas”. Car oui si l’écriture de cet auteur m’était toujours aussi agréable, il manquait quelque chose pour me faire adhérer aux personnages peu fouillés, aux abords psychologiques primaires. En effet, les personnages m’échappaient. Ainsi malgré l’intrigue, je restais en surface, je n’étais pas submergée par cette déferlente qui secoue, cogne et bouleverse la vie de cette famille nageant en mer agitée. Je sais bien que la thématique abordée exigeait de la pudeur au risque de tomber dans un voyeurisme malsain, mais tout de même, cela restait très superficiel. Cependant, j’ai passé un moment de lecture agréable comme toujours avec cet auteur. J’ai adoré retrouver les thèmes qui lui sont chers : la douleur familiale, le manque, la recherche d’identité, l’absence, ainsi que sa terre de prédilection: la Bretagne.  L’amour incontionnel du frère pour sa sœur m’a particulièrement touchée. 

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s