Perdre ton corps

 

 

 

Enoncé dantesque prononcé sur ton vaticanesque

Couche ton corps.

Corps consommé, creusé qui commence à partir

Corps souffrant, naissant de ce malentendu

Horreur de ta peur

Qui t’assaille

M’affaiblit.

Haine de l’espace de vie abrégée

Où le temps est compté

Où les pourtours du mur se dressent

Où se dessine une stèle de pierres

Désastre de ta mort qui débouche

Et mon corps vivant de moi se couche

Dans l’ordre de sommeil

Et le désordre en moi coagule.

 

Myriam E.Mitakos tous droits copyright réservés

 

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s