On dirait…

images

Le crépuscule s’épaissit et il semble que l’obscurité et la rudesse de l’hiver, jamais ne nous laisseront en paix.

Alors, on ferme les yeux et l’instant d’une seconde :

On imagine, on rêve et on dirait.

On dirait qu’on pourrait être heureux,

On dirait que l’hiver capitule devant la détermination de notre optimisme.

On dirait qu’il cède face à la rotation salvatrice de notre environnement,

Et que le soleil darde ses rayons sur notre maison.

Triomphant.

On dirait qu’un feu d’artifice fait exploser les bourgeons gonflés,

Que les près se tachent de couleurs vives, bigarrées,

Et qu’on pourrait improviser un pique-nique, une ballade en forêt.

On dirait que la nature affiche avec insolence son petit succès,

Accompagnée de notes fleuries.

Enivrantes,

Et qu’on aurait envie de chanter le renouveau avec les oiseaux,

Qu’on voudrait piailler le bonheur simple d’être en vie,

On dirait qu’on aurait envie de courir sous le ciel dégagé,

Crânant avec son bleu immaculé.

On dirait qu’on se dévêtirait pour se glisser dans les eaux du lac,

Trop longtemps restées ceinturées de glace,

et qui  se meuvent, à nouveau,

Accueillantes.

Qu’on sentirait la chaleur et l’entêtement fou du printemps nous habiter.

Dans l’horizon néfaste, on dirait…

Et la force de nos rêves s’impose,

Le conditionnel triomphe,

Magique,

Avec sa note ataraxique.

Myriam E.Mitakos.

copyright tous droits réservés.

One Reply to “On dirait…”

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s